"... nous oublions que la vie sous le langage | et le geste | n'est qu'un rythme qui nous traverse | nous et les nuages [...] " Jean.Pierre Siméon

Jacques André Editeur LYON Flux

En Poémie Amie | Marie-Ange SEBASTI à L'ETOURDI de St PAUL | Jeudi 16 Juin 2016

Nouvelle rencontre autour de la parution du recueil de

 

Marie-Ange SEBASTI

publiée chez JACQUES ANDRE Editeur

 

LA CONNIVENCE DU MARCHAND DE COULEURS

 

Index

 

Comment imaginer

la passion écarlate

d'un monde indicible

 

sans la connivence

du marchand de couleurs ?

 

 


Thierry RENARD lit " Cargo Vénus " à la Galerie Jean-Louis MANDON Jeudi 9 AVRIL à 19H

 

En Poémie Très Amie !

Avec Thierry RENARD  et  l'Espace PANDORA

Ne venez pas trop nombreux,

il n'y aura pas de place assise ...

 10429476_747208435372358_7495629261143676266_n


Cargo vénus

Publié chez Chez Jacques André Editeur

LECTURE DE THIERRY RENARD 9 AVRIL GALERIE MANDON


Escapade à ANSE Dimanche 13 Avril | Expo.Collective Entrée en Matières de Michèle BUFFERNE et Jackie PLAETOVET | Chapelle Saint Cyprien

 

Promesse fait à Jackie de venir voir son travail à ANSE .

Dernier jour aujourd'hui

Mais le lien n'est pas terminé pour autant !

ANSE Jackie PLAETEVOET et Michèle BUFFERNE

 

 

 

 

 


Est-ce que cela a existé ? | Photographies Evelyne ROGNIAT & Textes de Chantal RAVEL | Jacques ANDRE Editeur | 2013

On part, c'est notre tour

 

parfois on revient au pays

comme en étrange demeure

 

et se raconte nos vies

où il reste à faire

 

à embrasser


Chantal Ravel

 

 

 

EST-CE QUE CELA A EXISTE ?

Evelyne Rognat expose les photographies de l'ouvrage du 12 au 14 novembre à la galerie Jean-Louis Mandon - 3 rue vaubecour 69002 Lyon

VERNISSAGE LE 12 NOVEMBRE DE 18 H A 22 H


Lecture de Chantal Ravel à 19 h avec la complicité musicale de Dominique Tavernier et la présence de

Jacques André éditeur.


EVELYNE ROGNIAT CHANTAL RAVEL

"Une fiction de mémoire se raconte" nous dit la quatrième de couverture. Entre les photographies d'Evelyne et les textes de Chantal, une connivence de faits réels se réinvente et se tisse à rebours d'images personnelles et impersonnelles. Sur la musique nostalgique de teintes délavées, vont être appariés des visages, des enfances réembusquées et des lapins fragiles encombrés de grandes oreilles..." Ne pas déranger la mère... sinon..." Dira-t-elle doctement...( L'autre mère affairée...). Et l'on comprend vite l'enjeu et l'injonction de silence... Se tenir loin, donc... Mais ce sera grâce à elles, aux oreilles, autant qu'aux deux auteurs amies de ce recueil que l'on pourra évoquer ici même ce qui a disparu... ce qui ne redeviendra pas intact... ce qui va laisser détremper dans  l'image les noirs, les  gris, les ocres ou les rouges insistants.On dérivera dans le sillage du grand J. en allé comme aux champignons dans sa vie d'homme, et pris de court par la distance d'avec les siens, pour raison d'autonomie bien aboutie.Lui aurait peut-être voulu tout oublier pour faire sa vie ailleurs, mais il n'a pas été effacé pour autant, sa silhouette a persévéré dans le champ de vision, peut-être à cause d'une trop précoce escapade dans l'ultime image de soi. Alors sa présence en filigrane ne fait que resurgir en une cinquantaine de pages. Partir pour toujours,c'est très possible, puisque tant de gens le font et si peu l'écrivent... Ce livre subtil nous demande même : "Est-ce que cela a existé ?"  A chacun(e) sa réponse et les murs de nos souvenirs seront bien tamisés !...

                                                                                                                                           M.T PEYRIN   6.11.13